Marie-Michelle est-elle Sticotti ?

Dans le catalogue général de la BNF, la fiche de Marie-Michelle Blondel comporte une forme rejetée : Marie-Michelle Vallin. Cette forme n’est pas rejetée dans la fiche data BNF.

Que vient faire Vallin chez Sticotti ? Une chose est sûre. Marie-Michelle est l’épouse de François (ou Jean-François) Blondel (1683-1756), architecte du roi. Il est l’oncle du plus renommé Jacques-François (1705-1774), qui fait son apprentissage chez lui, est l’auteur de L’Architecture française et aussi l’époux de Manon Balletti, ancienne fiancée de Giacomo Casanova, le monde est petit !

Jean-Marc Nattier. Portrait de Manon Balletti, 1757
Huile sur toile, 54 x 47.5 cm Presented by Emilie Yznaga, 1945 NG5586 https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/NG5586

On s’éloigne un peu du sujet avec ce magnifique portrait de Manon, mais comment résister…surtout si l’on pense que les Sticotti acteurs et les Balletti étaient amis ! quel sac de noeuds

Revenons au couple Blondel et faisons un tour aux Archives Nationales (merci la numérisation !). François se marie le 8 novembre 1723 avec Marie Michelle…Vallin (AN MC/ET/LXIX/208 – MC/ET/LXIX/291, MC/RE/LXIX/7). Il réside dans la joliment nommée rue du Cygne, paroisse Saint-Eustache. Marie-Michelle est fille de Jean Vallin, marchand orfèvre joaillier bourgeois de Paris et de Claude Prévost.

D’autres documents nous confirment que Marie-Michelle est née Vallin et non Sticotti. Le jeudi 20 septembre 1729, la naissance et le baptême de leur fille Madeleine (H. Herluison, Actes d’état-civil d’artistes français, p.39-40). Ils auront aussi un fils, François Etienne, qui deviendra peintre à Beauvais (Oise, AN MC/ET/LXXXII/394). L’année suivante, 1730, on retrouve le patronyme Vallin à l’occasion du décès du père de Marie-Michelle (AN MC/ET/II/438). En 1731, la résidence du couple rue Vide-Gousset (moins engageant que la rue du Cygne ! AN MC/ET/II/442). En 1744, une nouvelle adresse, rue du Croissant saint-Joseph. Le 10 février de cette même année, François est à Rouen, il loge « à l’auberge où pend l’enseigne de la Côte de Baleine » (ah, le 18e et ses noms imagés !), rue du Bac (AN MC/ET/V/365). Enfin, en 1761, Marie Michelle Vallin, veuve, déclare le cens de la maison rue du Croissant (AN MC/ET/LXXXII/394). Toujours domiciliée à Paris, elle n’a pas quitté la paroisse Saint-Eustache (AN MC/ET/LXXXII/394).

Le doute n’est donc plus permis. L’autrice des gravures est bien Marie-Michelle, mais elle n’est pas Sticotti. Comment la confusion est-elle arrivée ? Y-a-t-il eu une Sticotti graveuse ? La question se pose, il s’agira maintenant de démêler l’écheveau…à suivre

Une oeuvre au catalogue : les trophées – deuxième version

Le Victoria and Albert Museum (Londres) conserve une série de quatre estampes (E-458-1991, E-459 1991, E-460-1991, E-461 1991).

Sur chacune d’elles sont représentés deux trophées d’armes à l’horizontale.

Trophée d’armes, 1ère planche, V&A museum, E.458-1991
Trophée d’armes, 2ème planche, V&A museum, E.459-1991
Trophée d’armes, 3ème planche, V&A museum, E.460-1991
Trophée d’armes, 4ème planche, V&A museum, E.461-1991

Les trophées présentés sur ces planches sont tous différents mais ont de nombreux points communs.

Ils sont probablement destinés à être vus à l’horizontale, car de part et d’autre de chaque trophée alternent pointes et bases de flèches ou d’armes.

Chacun comporte un assortiment de lanches, haches, flèches dans un carquois, et une variation sur le motif des plumes et des palmes.

Les plumes peuvent être en panache sur un casque (E-458-1991 haut) ou en couronne (E-459-1991 haut) ou encore orner un carquois (E460-1991 bas).

On trouve plusieurs motifs animaliers, dont certains répétitifs (le dauphin dans E458-1991 bas, E460-1991 bas), d’autres uniques (un sanglier dans E458-1991 bas, un dragon dans E459-1991 bas, un griffon qui orne un couvre-chef dans E460-1991 bas).

On ne sait rien de plus à ce jour au sujet de ces estampes. Au moins deux séries de trophées sont donc à attribuer à Marie-Michelle. Dans quel contexte ces oeuvres ont-elles été créées ?

Le trophée est un poncif de l’ornement en France au XVIIIe siècle. Le motif dérive des trophées militaires de l’Antiquité, réels empilements d’armes, drapeaux et éléments de la tenue pris à l’ennemi et destinés à marquer la victoire. Les trophées ornementaux reprennent à l’origine ce thème militaire, mais dérivent rapidement vers la célébration d’autres thèmes comme la chasse ou la musique. De grands noms de l’histoire de l’ornement se sont frottés à la création de modèles de trophées comme Jacques Androuet du Cerceau au XVIe siècle :

Jacques Androuet du Cerceau, Trophées, milieu XVIe siècle, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet

Ou encore, plus proche de notre autrice, les six petites estampes de Gilles Demarteau (1729-1776)

Gilles Demarteau, Plusieurs trophées. Six eaux-fortes, 18 x 11 cm (BnF)

Quel usage pour ces images ? Ce sont des modèles pour des usages divers, en peinture ou en sculpture, de différents formats. On trouve des trophées ornementaux dans la décoration intérieure comme extérieure des palais. Ils peuvent couvrir des pans de murs entiers, ou orner des encadrements de baies. Si on regarde bien, par exemple, les trophées sont partout à Versailles ! La base de données « Versailles, décor sculpté extérieur » dirigée par Béatrix Saule en montre un très grand nombre. Les trophées peuvent être de véritables sculptures en ronde-bosse

Trophée au fusil (original) (N° cat. Vdse 73).
Par Philippe Caffieri, Matthieu Lespagnandelle et François Temporiti, ou Pierre Hutinot et autres, ou Pierre Mazeline; 1672.
Ronde-bosse en pierre de Saint-Leu; H. 1,80 env. ; L. 1,24 env.
photo © Sygma/Stéphane Compoin

D’autres se font plus discrets

Je ne choisis pas ces exemples versaillais au hasard. Il se trouve que Marie-Michelle est liée au palais par d’autres travaux, qui seront ajoutés au catalogue dans un prochain post. Pourrait-on mettre en relation ces estampes avec des trophées existants ? Ou bien seraient-ce des créations ? et dans ce cas, dans quel but, pour un recueil généraliste ou bien pour un projet en particulier ?

Et puis, que nous racontent ces trophées ? Nombre d’entre eux portent des références iconographiques qui étaient parlantes pour les personnes ayant reçu une éducation. Ainsi, un trophée d’armes en bas-relief du château de Versailles, par Noël Jouvenet porte un motif de sanglier :

Vdse 46. Trophée d’armes au masque de sanglier (détail)
© photo originale Sygma/Stéphane Compoint

On trouve aussi un sanglier dans l’un des trophées de Marie-Michelle

Trophée d’armes, 1ère planche, V&A museum, E.458-1991 (détail) : tête de sanglier

Ces deux sangliers ne se ressemblent évidemment pas, mais que font-ils là? seraient-ils une référence au sanglier d’Erymanthe, l’un des douze travaux d’Hercule, comme le suppose la notice du trophée par Noël Jouvenet ? dans ce cas il y aurait une référence mythologique dans cette composition.

On peut aussi voir le motif répétitif du dauphin : en lien avec la famille royale ?

Ou encore, si on jette un oeil en détail aux couvre-chefs…

On trouve des casques de formes variées, une couronne de plumes, un turban…pure fantaisie, ou intention ? Je serais tentée ici d’y voir une représentation des parties du monde. La couronne de plume pour les Amériques, le case aux ailes déployées pour l’Extrême-Orient, le turban pour le Moyen-Orient…

Il faudra un peu de temps pour décortiquer tout cela, et surtout travailler par comparaisons avec d’autres représentations du même type…à suivre !

Une œuvre au catalogue : les trophées

001. Trophées de Couronnes et de Casques de fantaisie – M. Michelle Blondel sc.

On trouve sous ce nom deux éditions qui semblent distinctes.

La première, que l’on nommera 001.a, est conservée à la BnF (Notice n°  FRBNF44533586): une « Suite de 8 planches gravées à l’eau-forte et comprenant chacune deux motifs (un casque et une couronne). Quatre portent l’indication : « M. Michelle Blondel Sculpsit » ; les autres ne sont pas signées. – Notice chargée sans modification à partir de l’Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle ».

Technique: eau-forte

Dimensions: 10 x 9 cm.

001.b. On trouve à la Biblioteca Nacional Rio de Janeiro, sous le même nom (769.944) une feuille provenant d’une série de huit avec une image en illustration

001.b. M. Michelle Blondel sc.Trophées de couronnes et de casques de fantaisie. Rio de Janeiro, Biblioteca Nacional

L’image correspond à la description donnée dans le catalogue BnF. Cependant la taille est différente. Ici l’image mesure 11,7 x 21,3 cm sur un papier de 17,2 x 25,7 cm.

Description

Image de gauche – Au centre de l’image, une couronne faite de tours alignées. Elle est traversée par deux rameaux qui se croisent en suivant les diagonales : une branche de chêne dont les feuilles se déploient régulièrement sur la surface de l’image, et une palme. Le tout donne l’illusion d’être suspendu par un ruban à un clou au mur. Le fond est régulièrement rayé horizontalement.

Image de droite : un casque surmonté d’un aigle occupe le centre de l’image. Il est placé devant une branche de laurier qui se déploie selon une diagonale. Le casque est très détaillé. La partie couvrant le crâne est lisse et brillante, ornée de deux flèches crénelées et entrecroisées, et d’un motif qui se déploie dans quatre directions (un oiseau ? des flammes ?). L’avant du casque est surmonté, au niveau de la visière, d’un masque flamboyant avec les yeux ouverts et l’ébauche d’un nez, ce qui donne à l’ensemble l’aspect d’une gueule ouverte. Le casque semble lui aussi être suspendu à un clou au mur et le fond est aussi strié horizontalement.

Dans les deux cas, on ne connaît ni la date d’exécution, ni les circonstances de commande ou de publication. Ce ne sont pas les seuls trophées que Marie-Michelle aurait gravés car il existe une autre série, qui fera l’objet d’un prochain post.

De qui s’agit-il ?

Je n’ai pas encore la réponse, et c’est justement le point de départ de cette recherche ! J’ai découvert Marie Michelle (ou Marie-Michèle) au hasard de recherches sur les Sticotti. Il s’agit d’une famille bien établie dans le Nord de l’Italie dont un membre, Fabio, rejoint au début du XVIIIe siècle la troupe de la Comédie Italienne nouvellement reconstituée à Paris. Pas de graveurs ou de graveuses dans cette histoire-là. Ayant vu passer ce nom de Marie-Michelle, graveuse, cela m’a donc interpellée, et j’ai essayé d’en savoir plus sur elle. Si on fait le point sur les notices biographiques disponibles en ligne sur divers sites, on obtient :

  • le Dictionnaire des artistes, dont nous avons des estampes, avec une notice détaillée de leurs ouvrages gravés. (Leipzig 1789), nous donne une Marie Michele Sticotti épouse Blondel;
  • même chose dans le Allgemeines Kunstlerlexicon en 1806;
  • Dans Les maîtres ornemanistes (Paris, 1880), nous avons une Marie Michelle Blondel dont le nom de naissance n’est pas mentionné;
  • Encore Marie-Michelle Blondel dans L’Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. (Paris, BnF, 1934)
  • La Database of Scientific Illustrators 1450-1950 comporte deux Sticotti. La première est Marie-Michelle (aussi connue comme « M.-M. S.) qui serait née vers 1750; la seconde Marie, née vers 1790, la supposée petite-fille de Marie-Michelle;
  • Le catalogue de la BnF recense une Marie-Michelle Blondel, avec une forme rejetée : Vallin, Marie-Michelle.

Du côté des musées :

  • Elle aurait été active vers 1730 d’après le Victoria and Albert Museum;
  • née en 1723 et décédée en 1774 d’après le Rijksmuseum;
  • née vers 1750 d’après la Database of Scientific Illustrators;
  • Le Musée des Arts décoratifs conserve des estampes signées « J. Sticotti »;
  • au Louvre elle est nommée Marie Michelle Sticotti Blondel;
  • à Versailles il s’agit de Marie Michelle Blondel.

Avec tout cela, il va falloir commencer par faire un peu de tri dans toutes ces identités…

Marie-Michelle Sticotti, graveuse

Ce carnet a comme objectif principal de retracer la vie et la carrière de Marie-Michelle Sticotti épouse Blondel, graveuse française d’origine italienne qui a exercé pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

De manière connexe, en fonction de l’évolution des recherches, les objectifs secondaires seront :

  • de compléter l’histoire de la famille Sticotti, acteurs italiens en France
  • de s’intéresser aux conditions d’exercice des artisanes françaises de cette époque, en débutant par les graveuses, mais en pouvant étendre le sujet à d’autres types d’artisanat d’art.

Il s’agit d’une démarche d’histoire de l’art, mais qui doit pouvoir être consultée par un large public. En effet, ma motivation à consigner ces recherches dans un carnet Hypotheses vient principalement d’un désir de partage et d’ouverture de la recherche et de mise en relation de celle-ci avec d’autres moyens d’investigation du passé, non académiques.
Les Sticotti sont mes ancêtres, le noyau de cette famille se situe à Amaro en Italie, et des recherches généalogiques intensives sont menées pour reconstituer leur histoire. Je pourrai la compléter avec les résultats de mes recherches pour la branche française.
De plus, j’accompagne cette recherche historique d’une pratique de la couture. Celle-ci n’est pas un travail de reconstitution scientifique. Il s’agit d’évoquer, à l’aide de modèles et de techniques de l’époque, mais avec des matériaux actuels, la manière dont Marie-Michelle, ou une autre artisane évoluant dans les milieux artistiques, aurait pu se vêtir. Il s’agit plutôt d’un projet artistique qui est développé sur d’autres réseaux sociaux pour bien le distinguer de la démarche scientifique.
Ces trois démarches (historique, généalogie, couture) vont donc se rencontrer et, je l’espère, se nourrir mutuellement.