De qui s’agit-il ?

Je n’ai pas encore la réponse, et c’est justement le point de départ de cette recherche ! J’ai découvert Marie Michelle (ou Marie-Michèle) au hasard de recherches sur les Sticotti. Il s’agit d’une famille bien établie dans le Nord de l’Italie dont un membre, Fabio, rejoint au début du XVIIIe siècle la troupe de la Comédie Italienne nouvellement reconstituée à Paris. Pas de graveurs ou de graveuses dans cette histoire-là. Ayant vu passer ce nom de Marie-Michelle, graveuse, cela m’a donc interpellée, et j’ai essayé d’en savoir plus sur elle. Si on fait le point sur les notices biographiques disponibles en ligne sur divers sites, on obtient :

  • le Dictionnaire des artistes, dont nous avons des estampes, avec une notice détaillée de leurs ouvrages gravés. (Leipzig 1789), nous donne une Marie Michele Sticotti épouse Blondel;
  • même chose dans le Allgemeines Kunstlerlexicon en 1806;
  • Dans Les maîtres ornemanistes (Paris, 1880), nous avons une Marie Michelle Blondel dont le nom de naissance n’est pas mentionné;
  • Encore Marie-Michelle Blondel dans L’Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. (Paris, BnF, 1934)
  • La Database of Scientific Illustrators 1450-1950 comporte deux Sticotti. La première est Marie-Michelle (aussi connue comme “M.-M. S.) qui serait née vers 1750; la seconde Marie, née vers 1790, la supposée petite-fille de Marie-Michelle;
  • Le catalogue de la BnF recense une Marie-Michelle Blondel, avec une forme rejetée : Vallin, Marie-Michelle.

Du côté des musées :

  • Elle aurait été active vers 1730 d’après le Victoria and Albert Museum;
  • née en 1723 et décédée en 1774 d’après le Rijksmuseum;
  • née vers 1750 d’après la Database of Scientific Illustrators;
  • Le Musée des Arts décoratifs conserve des estampes signées “J. Sticotti”;
  • au Louvre elle est nommée Marie Michelle Sticotti Blondel;
  • à Versailles il s’agit de Marie Michelle Blondel.

Avec tout cela, il va falloir commencer par faire un peu de tri dans toutes ces identités…

Marie-Michelle Sticotti, graveuse

Ce carnet a comme objectif principal de retracer la vie et la carrière de Marie-Michelle Sticotti épouse Blondel, graveuse française d’origine italienne qui a exercé pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

De manière connexe, en fonction de l’évolution des recherches, les objectifs secondaires seront :

  • de compléter l’histoire de la famille Sticotti, acteurs italiens en France
  • de s’intéresser aux conditions d’exercice des artisanes françaises de cette époque, en débutant par les graveuses, mais en pouvant étendre le sujet à d’autres types d’artisanat d’art.

Il s’agit d’une démarche d’histoire de l’art, mais qui doit pouvoir être consultée par un large public. En effet, ma motivation à consigner ces recherches dans un carnet Hypotheses vient principalement d’un désir de partage et d’ouverture de la recherche et de mise en relation de celle-ci avec d’autres moyens d’investigation du passé, non académiques.
Les Sticotti sont mes ancêtres, le noyau de cette famille se situe à Amaro en Italie, et des recherches généalogiques intensives sont menées pour reconstituer leur histoire. Je pourrai la compléter avec les résultats de mes recherches pour la branche française.
De plus, j’accompagne cette recherche historique d’une pratique de la couture. Celle-ci n’est pas un travail de reconstitution scientifique. Il s’agit d’évoquer, à l’aide de modèles et de techniques de l’époque, mais avec des matériaux actuels, la manière dont Marie-Michelle, ou une autre artisane évoluant dans les milieux artistiques, aurait pu se vêtir. Il s’agit plutôt d’un projet artistique qui est développé sur d’autres réseaux sociaux pour bien le distinguer de la démarche scientifique.
Ces trois démarches (historique, généalogie, couture) vont donc se rencontrer et, je l’espère, se nourrir mutuellement.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search