Une oeuvre au catalogue : les trophées – deuxième version

Le Victoria and Albert Museum (Londres) conserve une série de quatre estampes (E-458-1991, E-459 1991, E-460-1991, E-461 1991).

Sur chacune d’elles sont représentés deux trophées d’armes à l’horizontale.

Trophée d’armes, 1ère planche, V&A museum, E.458-1991
Trophée d’armes, 2ème planche, V&A museum, E.459-1991
Trophée d’armes, 3ème planche, V&A museum, E.460-1991
Trophée d’armes, 4ème planche, V&A museum, E.461-1991

Les trophées présentés sur ces planches sont tous différents mais ont de nombreux points communs.

Ils sont probablement destinés à être vus à l’horizontale, car de part et d’autre de chaque trophée alternent pointes et bases de flèches ou d’armes.

Chacun comporte un assortiment de lanches, haches, flèches dans un carquois, et une variation sur le motif des plumes et des palmes.

Les plumes peuvent être en panache sur un casque (E-458-1991 haut) ou en couronne (E-459-1991 haut) ou encore orner un carquois (E460-1991 bas).

On trouve plusieurs motifs animaliers, dont certains répétitifs (le dauphin dans E458-1991 bas, E460-1991 bas), d’autres uniques (un sanglier dans E458-1991 bas, un dragon dans E459-1991 bas, un griffon qui orne un couvre-chef dans E460-1991 bas).

On ne sait rien de plus à ce jour au sujet de ces estampes. Au moins deux séries de trophées sont donc à attribuer à Marie-Michelle. Dans quel contexte ces oeuvres ont-elles été créées ?

Le trophée est un poncif de l’ornement en France au XVIIIe siècle. Le motif dérive des trophées militaires de l’Antiquité, réels empilements d’armes, drapeaux et éléments de la tenue pris à l’ennemi et destinés à marquer la victoire. Les trophées ornementaux reprennent à l’origine ce thème militaire, mais dérivent rapidement vers la célébration d’autres thèmes comme la chasse ou la musique. De grands noms de l’histoire de l’ornement se sont frottés à la création de modèles de trophées comme Jacques Androuet du Cerceau au XVIe siècle :

Jacques Androuet du Cerceau, Trophées, milieu XVIe siècle, Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet

Ou encore, plus proche de notre autrice, les six petites estampes de Gilles Demarteau (1729-1776)

Gilles Demarteau, Plusieurs trophées. Six eaux-fortes, 18 x 11 cm (BnF)

Quel usage pour ces images ? Ce sont des modèles pour des usages divers, en peinture ou en sculpture, de différents formats. On trouve des trophées ornementaux dans la décoration intérieure comme extérieure des palais. Ils peuvent couvrir des pans de murs entiers, ou orner des encadrements de baies. Si on regarde bien, par exemple, les trophées sont partout à Versailles ! La base de données “Versailles, décor sculpté extérieur” dirigée par Béatrix Saule en montre un très grand nombre. Les trophées peuvent être de véritables sculptures en ronde-bosse

Trophée au fusil (original) (N° cat. Vdse 73).
Par Philippe Caffieri, Matthieu Lespagnandelle et François Temporiti, ou Pierre Hutinot et autres, ou Pierre Mazeline; 1672.
Ronde-bosse en pierre de Saint-Leu; H. 1,80 env. ; L. 1,24 env.
photo © Sygma/Stéphane Compoin

D’autres se font plus discrets

Je ne choisis pas ces exemples versaillais au hasard. Il se trouve que Marie-Michelle est liée au palais par d’autres travaux, qui seront ajoutés au catalogue dans un prochain post. Pourrait-on mettre en relation ces estampes avec des trophées existants ? Ou bien seraient-ce des créations ? et dans ce cas, dans quel but, pour un recueil généraliste ou bien pour un projet en particulier ?

Et puis, que nous racontent ces trophées ? Nombre d’entre eux portent des références iconographiques qui étaient parlantes pour les personnes ayant reçu une éducation. Ainsi, un trophée d’armes en bas-relief du château de Versailles, par Noël Jouvenet porte un motif de sanglier :

Vdse 46. Trophée d’armes au masque de sanglier (détail)
© photo originale Sygma/Stéphane Compoint

On trouve aussi un sanglier dans l’un des trophées de Marie-Michelle

Trophée d’armes, 1ère planche, V&A museum, E.458-1991 (détail) : tête de sanglier

Ces deux sangliers ne se ressemblent évidemment pas, mais que font-ils là? seraient-ils une référence au sanglier d’Erymanthe, l’un des douze travaux d’Hercule, comme le suppose la notice du trophée par Noël Jouvenet ? dans ce cas il y aurait une référence mythologique dans cette composition.

On peut aussi voir le motif répétitif du dauphin : en lien avec la famille royale ?

Ou encore, si on jette un oeil en détail aux couvre-chefs…

On trouve des casques de formes variées, une couronne de plumes, un turban…pure fantaisie, ou intention ? Je serais tentée ici d’y voir une représentation des parties du monde. La couronne de plume pour les Amériques, le case aux ailes déployées pour l’Extrême-Orient, le turban pour le Moyen-Orient…

Il faudra un peu de temps pour décortiquer tout cela, et surtout travailler par comparaisons avec d’autres représentations du même type…à suivre !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.