Marie-Michelle est-elle Sticotti ?

Dans le catalogue général de la BNF, la fiche de Marie-Michelle Blondel comporte une forme rejetée : Marie-Michelle Vallin. Cette forme n’est pas rejetée dans la fiche data BNF.

Que vient faire Vallin chez Sticotti ? Une chose est sûre. Marie-Michelle est l’épouse de François (ou Jean-François) Blondel (1683-1756), architecte du roi. Il est l’oncle du plus renommé Jacques-François (1705-1774), qui fait son apprentissage chez lui, est l’auteur de L’Architecture française et aussi l’époux de Manon Balletti, ancienne fiancée de Giacomo Casanova, le monde est petit !

Jean-Marc Nattier. Portrait de Manon Balletti, 1757
Huile sur toile, 54 x 47.5 cm Presented by Emilie Yznaga, 1945 NG5586 https://www.nationalgallery.org.uk/paintings/NG5586

On s’éloigne un peu du sujet avec ce magnifique portrait de Manon, mais comment résister…surtout si l’on pense que les Sticotti acteurs et les Balletti étaient amis ! quel sac de noeuds

Revenons au couple Blondel et faisons un tour aux Archives Nationales (merci la numérisation !). François se marie le 8 novembre 1723 avec Marie Michelle…Vallin (AN MC/ET/LXIX/208 – MC/ET/LXIX/291, MC/RE/LXIX/7). Il réside dans la joliment nommée rue du Cygne, paroisse Saint-Eustache. Marie-Michelle est fille de Jean Vallin, marchand orfèvre joaillier bourgeois de Paris et de Claude Prévost.

D’autres documents nous confirment que Marie-Michelle est née Vallin et non Sticotti. Le jeudi 20 septembre 1729, la naissance et le baptême de leur fille Madeleine (H. Herluison, Actes d’état-civil d’artistes français, p.39-40). Ils auront aussi un fils, François Etienne, qui deviendra peintre à Beauvais (Oise, AN MC/ET/LXXXII/394). L’année suivante, 1730, on retrouve le patronyme Vallin à l’occasion du décès du père de Marie-Michelle (AN MC/ET/II/438). En 1731, la résidence du couple rue Vide-Gousset (moins engageant que la rue du Cygne ! AN MC/ET/II/442). En 1744, une nouvelle adresse, rue du Croissant saint-Joseph. Le 10 février de cette même année, François est à Rouen, il loge “à l’auberge où pend l’enseigne de la Côte de Baleine” (ah, le 18e et ses noms imagés !), rue du Bac (AN MC/ET/V/365). Enfin, en 1761, Marie Michelle Vallin, veuve, déclare le cens de la maison rue du Croissant (AN MC/ET/LXXXII/394). Toujours domiciliée à Paris, elle n’a pas quitté la paroisse Saint-Eustache (AN MC/ET/LXXXII/394).

Le doute n’est donc plus permis. L’autrice des gravures est bien Marie-Michelle, mais elle n’est pas Sticotti. Comment la confusion est-elle arrivée ? Y-a-t-il eu une Sticotti graveuse ? La question se pose, il s’agira maintenant de démêler l’écheveau…à suivre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.