De qui s’agit-il ?

Je n’ai pas encore la réponse, et c’est justement le point de départ de cette recherche ! J’ai découvert Marie Michelle (ou Marie-Michèle) au hasard de recherches sur les Sticotti. Il s’agit d’une famille bien établie dans le Nord de l’Italie dont un membre, Fabio, rejoint au début du XVIIIe siècle la troupe de la Comédie Italienne nouvellement reconstituée à Paris. Pas de graveurs ou de graveuses dans cette histoire-là. Ayant vu passer ce nom de Marie-Michelle, graveuse, cela m’a donc interpellée, et j’ai essayé d’en savoir plus sur elle. Si on fait le point sur les notices biographiques disponibles en ligne sur divers sites, on obtient :

  • le Dictionnaire des artistes, dont nous avons des estampes, avec une notice détaillée de leurs ouvrages gravés. (Leipzig 1789), nous donne une Marie Michele Sticotti épouse Blondel;
  • même chose dans le Allgemeines Kunstlerlexicon en 1806;
  • Dans Les maîtres ornemanistes (Paris, 1880), nous avons une Marie Michelle Blondel dont le nom de naissance n’est pas mentionné;
  • Encore Marie-Michelle Blondel dans L’Inventaire du fonds français, graveurs du dix-huitième siècle. (Paris, BnF, 1934)
  • La Database of Scientific Illustrators 1450-1950 comporte deux Sticotti. La première est Marie-Michelle (aussi connue comme “M.-M. S.) qui serait née vers 1750; la seconde Marie, née vers 1790, la supposée petite-fille de Marie-Michelle;
  • Le catalogue de la BnF recense une Marie-Michelle Blondel, avec une forme rejetée : Vallin, Marie-Michelle.

Du côté des musées :

  • Elle aurait été active vers 1730 d’après le Victoria and Albert Museum;
  • née en 1723 et décédée en 1774 d’après le Rijksmuseum;
  • née vers 1750 d’après la Database of Scientific Illustrators;
  • Le Musée des Arts décoratifs conserve des estampes signées “J. Sticotti”;
  • au Louvre elle est nommée Marie Michelle Sticotti Blondel;
  • à Versailles il s’agit de Marie Michelle Blondel.

Avec tout cela, il va falloir commencer par faire un peu de tri dans toutes ces identités…